La presse en parle !

Retour sur notre saison lyrique 18/19
Partager

Opéra
 

RODELINDA

Georg Friedrich Haendel, Le Concert d’Astrée, Emmanuelle Haïm, Jean Bellorini

« Une distribution de haut vol. [...] Le Concert d'Astrée affiche une forme olympique, sous la direction d'Emmanuelle Haïm, qui prouve une fois encore quelles secrètes affinités là lient à cette musique, dont elle sait déchaîner violence, passion et déchirante expressivité. » Le Monde
« D’une reine, Jeanine De Bique possède le port comme la noble beauté [...]. De la détermination farouche à la jubilation, de la douleur ravivée du deuil à l’attendrissement, son chant demeure constamment incarné, vibrant et embrasse toute la gamme d’affects qui chamboulent la mère de Flavio et compagne de Bertarido. Pour ses débuts scéniques en France, Jeanine De Bique signe une prise de rôle magistrale. Nous avons hâte de découvrir sa première Donna Anna à l’Opéra du Rhin l’été prochain et d’abord, au printemps, son Aïda à l’Opéra d’Amsterdam dans la création mondiale du Caruso a Cuba de Micha Hamel. » Forum Opera
« D'un des meilleurs livrets de Haendel, Jean Bellorini propose une lecture originale, très bien défendue par un plateau de jeunes chanteurs. Dans la fosse, Emmanuelle Haïm et son orchestre attisent les braises du drame. » Les Échos
« Un spectacle poétique porté par un plateau vocal remarquable. » Ôlyrix

« Toujours fidèle à Haendel, sa directrice musicale, Emmanuelle Haïm, fait revivre avec bonheur cet opéra cornélien. Elle réunit une équipe enthousiasmante de chanteurs. On y découvre une pépite originaire de Trinidad-et-Tobago, Jeanine de Bique, qui tient le rôle-titre. » Le Martimpression

 

THE BEGGAR’S OPERA
Johann Christoph Pepusch et John Gay, Les Arts florissants, William Christie, Robert Carsen

« Autant dire une pièce de Broadway jouée à l’archet baroque. » Libération 
« Une truculente histoire de bas-fonds londoniens, entre théâtre et opéra, scènes parlées  et chansons qui swinguent. À découvrir absolument ! » Télérama

« Créé aux Bouffes du Nord, avant une longue tournée, « The Beggar’s Opera » vient de faire halte pour quatre soirs au théâtre de Caen. Créé ou plutôt recréé. Complices sur un bon nombre de productions, William Christie et Robert Carsen se sont emparés de l’ouvrage de John Gay et Johann Christoph Pepusch qui date de 1728. Le tandem le transpose dans le monde d’aujourd’hui. Le propos ne perd rien de sa charge impertinente, portée par une compagnie épatante et explosive.  » Le Martimpression

 

JENUFA
Leoš Janáček, Czech Virtuosi, Stefan Veselka, Yves Lenoir

« Que demander de plus pour cette extraordinaire production de Jenůfa à Dijon ? On ne sait par quoi commencer tant tout concourt à son aboutissement. » Classiquenews.com
« La force de cette nouvelle production tient dans l’approche psychologique de chacun des personnages autant que dans sa réalisation parfaitement aboutie. » Forum Opera
« Un spectacle fort, qui contribue à conforter la présence des œuvres de Janáček au sein du répertoire des théâtres lyriques de l'hexagone. » Olyrix
« Forte émotion pour la Jenůfa qui ouvre la nouvelle saison de l’Opéra de Dijon : une mise en scène intense, une fosse surchauffée et une distribution magnifique. » Resmusica
« Face à des « psychologies complexes et sombres » qui enrichissent le drame en déchirements, le metteur en scène Yves Lenoir caractérise brillamment chaque personnalité. [...] Solide, le Chœur de l’Opéra de Dijon doit être félicité également, tout comme l’orchestre de chambre Czech Virtuosi, aux cordes superbes. Stefan Veselka les guide avec une tension tendre et colorée à souhait.» Anaclase 
 
« Cette version, mise en scène par le prometteur Yves Lenoir, est à inscrire dans les annales. » Le Martimpression

 

LE NAIN
Alexander von Zemlinsky, Orchestre Régional de Normandie, Franck Ollu, Daniel Jeanneteau

« Le Nain (Der Zwerg), œuvre aussi rare que puissante de Zemlinsky, est donné à Lille dans une mise en scène épurée et immensément signifiante. » Ôlyrix

« Sur la scène du théâtre de Caen, la mise en scène lumineuse de Daniel Jeanneteau sert une partition indissolublement liée à la tension dramatique. La jeune équipe d’interprètes et l’Orchestre régional de Normandie rivalisent d’engagement. » Le Martimpression

 

DER FREISCHÜTZ
Carl Maria von Weber, Insula Orchestra, Laurence Equilbey, Compagnie 14:20

« Vidéo, hologrammes et lévitation, vecteurs d'une esthétique et non plus simples agréments, entretiennent l'oscillation perpétuelle entre le rêve et la réalité, la transformation de la scène en espace mental comptant plus que le jeu d'acteur proprement dit. Une façon de ressusciter l'opéra féerie en faisant du Freischütz une séance de magie, visuellement très séduisante qu'il faut regarder avec d'autres yeux. Une réussite. » Diapason

« De la magie nouvelle, imaginée par la compagnie rouennaise 14 : 20 , apporte une bouffée de fantastique à la mise en scène de ce drame faustien. [...] Une ambiance noire qui colle bien aux idées de la compagnie rouennaise qui, à l’heure du tout numérique, a opté pour l’illusion fabriquée " à la main". » Ouest-France
« Époustouflante et magnifique. Voilà ce que l'on peut dire de la mise en scène de l'opéra Der Freischütz de Weber créée à Caen par la compagnie de nouvelle magie rouennaise 14:20. L'ensemble Insula Orchestra dirigé par Laurence Equilbey est au niveau de ce grand rendez-vous musical.  » France 3 Normandie
« Grande première au théâtre de Caen, avec la création du Freischütz de Carl Maria von Weber par l’Insula orchestra et le chœur Accentus, sous la direction de Laurence Equilbey. Mise en scène par Clément Debailleul et Raphaël Navarra, cette coproduction de la scène caennaise et de l’Opéra de Rouen notamment bénéficie d’une distribution internationale de premier ordre. Une tournée européenne l’attend jusqu’à l’automne. » Le Martimpression

 (© Julien Benhamou)


Théâtre Musical

 

SONGS
Ensemble Correspondances, Sébastien Daucé, la vie brève, Samuel Achache

«  Avec Songs, Sébastien Daucé et Samuel Achache remontent aux sources de l’opéra. En écho, les instrumentistes de Correspondances, guidés par Sébastien Daucé à l’orgue, s’invitent dans ce mélodrame (au sens musical du terme) où ils sont à la fois musiciens et comédiens. Cette polyvalence des interprètes, alliée au mélange des genres et au sens de l’improvisation qui caractérise la musique baroque, renoue avec les sources de l’opéra. Un vrai bain de jouvence ! » Le Progrès
«  Lucile Richardot et toute l’équipe sont longuement applaudies pour ce spectacle qui sait allier musique et théâtre, mélancolie et humour, baroque et modernité.  » Olyrix
« Un voyage dans l’art vocal anglais, taillé sur mesure par Sébastien Daucé pour le timbre rayonnant et inclassable de Lucile Richardot. » Télérama
« Etonnante modernité. […] Un spectacle baroque au plein sens du terme. » Le Monde
« L’inconnu côtoie l’inédit et, si on ne sait pas vraiment où l’on va, on se doute que le voyage sera étourdissant. Ce Songs, burlesque, tragique, lyrique, avec des sketchs mais une trame au long cours, par moment livré en version de concert, le reste du temps en opéra de chambre, insaisissable par quelque bout qu’on le décrive, n’échappe pas à la règle. » Libération

« Songs pourrait n’être qu’un récital tout consacré à l’étonnante voix de Lucile Richardot. Mais avec la complicité de Samuel Achache, metteur en scène, et de la scénographe Lisa Navarro, le  concert bénéficie d’une enveloppe théâtrale originale et surprenante. » Le Martimpression

 

HEPTAMÉRON, RÉCITS DE LA CHAMBRE OBSCURE
d'après Marguerite de Navarre, Les Cris de Paris, Geoffroy Jourdain, Benjamin Lazar

« Acteurs, chanteurs, musiciens unis pour incarner les drames d’amour cruels écrits au début du XVIe siècle par la sœur de François Ier. Envoûtant. » Télérama
« Tout ce spectacle est un émerveillement de chaque instant, un rêve éveillé. [...] C’est un patrimoine musical et littéraire de toute beauté qu’exhume Benjamin Lazar, metteur en scène comblé par les fées, familier du répertoire baroque, qui réalise ici un spectacle magique, à l’orée du théâtre et de l’opéra, transcendé par des interprètes au talent inouï. » Pariscope
« Baroque et réjouissant ! » (Classé dans le Top 10 des spectacles à ne pas manquer pour Le Point 
« Une « folia » baroque aux accents contemporains. »  Le Monde

« Ce conte en ouvre d’autres. D’amours véritables, eux, mais contrariés sinon punis. On ne plaisante pas avec l’ordre social, surtout si c’est une femme qui le transgresse. A la beauté du style, Marguerite de Navarre offre une réflexion que ne manqueraient de se saisir les féministes d’aujourd’hui. En contrepoint de ces récits, Geoffroy Jourdain, directeur musical des Cris de Paris, a sélectionné des madrigaux, [...] autant de plaintes portés à voix nues par huit chanteuses et chanteurs dans un équilibre de timbres finement soupesé. » Le Martimpression

 

MIRANDA
d'après Henry Purcell et William Shakespeare, Pygmalion, Raphaël Pichon, Katie Mitchell, Cordelia Lynn

« Amateurs d’humour noir et fans des secrets  de famille révélés, voici un spectacle jouissif, plein de bruit et de fureur. » Les Inrocks

« Une œuvre intense.  Son effet de surprise bouscule l’ordre patriarcal comme une nécessité vitale. La distribution et l’orchestre sont au top. » Le Martimpression


Opérette

 

LES PTITES MICHU 
André Messager, Compagnie Les Brigands, Pierre Dumoussaud, Rémy Barché

« D'une drôlerie furieusement moderne ! À consommer sans modération  pour se convaincre que l'opérette est tout sauf un art ringard. » Le Figaro

« En cette fin d’année bizarre et morose, le théâtre de Caen apporte un souffle salutaire de gaieté en accueillant « Les p’tites Michu ». Remise au goût du jour par la compagnie Les Brigands, cette opérette signée par André Messager est comme une friandise pétillante. Musicalement, scéniquement, tout fonctionne à merveille en préambule à l’an neuf .» Le Martimpression

 

mer 28/03/2018 - 0h00
Genre : 
Opéra
Théâtre musical
Lieu : 
théâtre de Caen