L'ensemble Correspondances

Découvrez le nouvel ensemble en résidence au théâtre de Caen
Partager

L’ensemble Correspondances réunit chanteurs et instrumentistes sous la direction du claveciniste et organiste Sébastien Daucé. Trouvant son nom dans la poésie baudelairienne, Correspondances tisse des liens entre la musique et les autres arts.
Depuis leur premier concert en 2009, l’ensemble lyonnais redécouvre des compositeurs à la renommée déjà confirmée tel Marc-Antoine Charpentier et revivifie l’image de musiciens peu connus aujourd’hui mais joués et plébiscités en leur temps, tels qu’Antoine Boësset ou Étienne Moulinié, dont les sonorités modernes nous touchent directement aujourd’hui.
Dès sa création, Correspondances se spécialise dans l’interprétation du répertoire français sacré du XVIIe siècle, comme en témoignent ses cinq premiers disques, tous largement récompensés (Diapason d’Or, Choc Classica, ƒƒƒƒ de Télérama...). Leur dernier enregistrement, un somptueux livre CD paru chez Harmonia Mundi, rend toute sa splendeur au mythique ballet qui consacra Louis XIV en Roi Soleil : Le Ballet Royal de la Nuit. Fruit d’un long travail de reconstitution de Sébastien Daucé, il propose une version instrumentale et vocale d’où son nom : Le Concert Royal de La Nuit. Un chef d’œuvre déjà salué par la critique (ƒƒƒƒ de Télérama, Choc de l’année Classica, Editor’s Choice du magazine Gramophone) qui fera l’objet d’une version scénique au théâtre de Caen à l’automne 2017.


 

Organiste, claveciniste, Sébastien Daucé est animé par le désir de faire revivre un répertoire foisonnant et peu connu, celui de la musique sacrée et profane du XVIIe siècle français.
C’est pendant sa formation au département de musique ancienne du CNSM de Lyon qu'il bénéficie de l’enseignement de Françoise Lengellé et d’Yves Reschteiner, en clavecin et basse continue. Sollicité comme continuiste, il joue sous la direction de Gabriel Garrido (Ensemble Elyma et Académie Baroque d’Ambronay), Raphaël Pichon (Ensemble Pygmalion), Toni Ramon (Maîtrise de Radio France), Françoise Lasserre (Akademia), Geoffroy Jourdain (Les Cris de Paris), Harmut Henschen, Mikko Franck (Orchestre Philarmonique de Radio France). Chef de chant aux côtés de Kenneth Weiss lors des académies 2006 et 2007 du festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence, il travaille également aux côtés d’Emmanuel Mandrin à l’Abbaye aux Dames de Saintes. Et c'est notamment pendant cette formation qu'il rencontre les futurs membres de Correspondances, réunissant ainsi auprès de lui chanteurs et instrumentistes épris du répertoire français sacré du Grand Siècle. L’ensemble est officiellement fondé en 2008 et donne son premier concert en 2009. Avec Correspondances, que Sébastien daucé dirige depuis le clavecin ou l’orgue, il parcourt la France et le monde, joue pour la radio et dans de prestigieux festivals (Ambronay, Utrecht,  Saintes, MA Festival de Bruges, Musikfest Bremen), et effectue des tournées au Japon et en Colombie. Son exploration d’un répertoire peu joué, souvent inédit, aboutit à six enregistrements avec Correspondances, salués par la critique : deux Diapason d’or, trois ƒƒƒƒ de Télérama, trois  Choc de l’année de Classica et deux Gramophone’s Awards.
Parallèlement à ses activités de musicien, Sébastien Daucé enseigne depuis la rentrée 2012 au Pôle Supérieur de Paris. À son travail de pédagogue, il joint des activités de recherche : il est ainsi amené à publier aux Éditions des Abbesses, en collaboration avec William Christie, trois opéras de Marc-Antoine Charpentier. Sébastien Daucé est également artiste associé de la Fondation Royaumont.

 

La Caisse des Dépôts et Mécénat Musical Société Générale sont grands mécènes de l’ensemble Correspondances. L’ensemble est aidé par la Fondation Bullukian. Il reçoit le soutien du Ministère de la Culture - DRAC Rhône-Alpes - au titre de l’aide aux ensembles conventionnés, de la Région Rhône-Alpes et de la Ville de Lyon. Il reçoit également le soutien régulier de la Spedidam, de l’Adami et du FCM. L’ensemble Correspondances est associé au CCR d’Ambronay. Il est en résidence au théâtre de Caen.