Aller au contenu principal

Alors que les représentations sont suspendues, le théâtre de Caen vous propose de retrouver La Maîtrise de Caen via quatre concerts enregistrés en l’église Notre-Dame de la Gloriette et au théâtre de Caen. Avec pour deux d’entre eux la participation de l’ensemble normand Les Meslanges. Ce cycle en ligne est aussi l’occasion de découvrir le très large répertoire de La Maîtrise de Caen et d’entendre le chœur et les solistes de la Maîtrise de Caen, La Pré-Maîtrise (classes primaires) ainsi que les « muants » (collégiens qui ont mué et qui poursuivent leur cursus avec leur nouvelle voix).  Au programme : Josquin Desprez, Sweelinck et Britten.
Premier rendez-vous avec Ceremony of Carols :

Les Auditions de La Maîtrise de Caen
Ceremony of Carols de Benjamin Britten
enregistrement réalisé le 16 janvier 2021, en l’église Notre-Dame de la Gloriette, Caen

Cette vidéo sera disponible un mois durant à partir de sa diffusion.

La dernière guerre mondiale est une période paradoxale pour Benjamin Britten. Pacifiste convaincu, le compositeur quitte son pays pour l’Amérique dès le début de la guerre. Ce départ est mal compris par beaucoup de ses compatriotes, et même par certains Américains. Toutefois ne supportant plus d'être loin de son pays dans ces moments difficiles, Britten revient en Angleterre au printemps 1942, et c’est durant le voyage de retour qu’il compose Ceremony of Carols, parallèlement à son Hymn to St Cecilia. L’œuvre connaît une première audition par un groupe féminin à Norwich Castle le 5 décembre de la même année. Pourtant, peu de partitions semblent correspondre aussi précisément à la sonorité des voix de garçons. Auusi, les chœurs de cathédrale s’approprient-ils très rapidement la partition. C’est d’ailleurs avec une maîtrise que le compositeur enregistre l’œuvre en 1958. La sonorité limpide et aérienne d’un chœur d’enfants sera toujours un idéal pour lui. Britten, à la recherche d’une pureté inaccessible, est fasciné par le timbre éthéré des petits chanteurs anglais, avec leur absence de vibrato et cette sonorité caractéristique légèrement « soufflée ». Mais venons-en à la partition proprement dite. Il s’agit d’un cycle de chansons bâties sur des Noëls traditionnels  (« Carols » en anglais) et des poèmes du Moyen Âge et de la Renaissance.

Ceremony s’ouvre sur une procession a cappella qui n’est autre que l’antienne du Magnificat du jour de Noël : Hodie Christus natus est (« Aujourd’hui le Christ est né »)
Wolcum, Yole ! est une joyeuse entrée en matière, où l’on accueille le Roi des cieux, sur un ostinato de la harpe qui répète inlassablement deux accords parfaits avant de les égrainer dans la partie centrale.
There is no Rose compare la Vierge à une rose. Le texte anglais est ponctué de formules latines : alleluia, res miranda, pares forma, ... qui sont égrainées telles des formules magiques.
That Yongë Child se divise en deux parties. La première pour soprano solo raconte que la berceuse chantée par la Vierge à son enfant lorsqu’il se mit à pleurer dépasse en beauté le chant du rossignol. La deuxième partie est la berceuse proprement dite. Britten fait balancer sa musique en opposant un rythme ternaire (chanté par un autre soliste) et un rythme binaire à la harpe. Le chœur reprend ensuite la berceuse.
As dew in Aprille se réfère à la conception de Jésus, lors du mois d’avril. Britten y emploie la forme du canon qui reviendra régulièrement au cours de l’œuvre.
C’est le combat du jeune enfant avec les forces du mal qu’évoque This Little Babe. Commencée à l’unisson, la pièce se transforme en canon à deux puis à trois voix, avant de terminer en majeur pour exprimer la victoire des forces du bien.
L’interlude qui suit permet à la harpe de se mettre en valeur. Britten se sert une fois encore d’une de ses formes favorites : la basse obstinée, répétant sans cesse les mêmes quatre notes à la basse, tandis que la mélodie glose sur le thème de l’hymne chanté dans la procession.
In Freezing Winter Night est une évocation des dures conditions hivernales lors de la naissance de Jésus, tels que l’imaginaient les hommes du XVIe siècle. La harpe nous fait trembler de froid, tandis que les voix répètent inlassablement un motif repris en canon par les deux voix de soprano, relatant le quête de la Sainte Famille cherchant un abri pour la naissance de Jésus.
Le climat s’adoucit avec le duo Spring Carol qui évoque le renouveau du printemps temporel et spirituel.
Sur un rythme presque sauvage, Adam lay i-bouden évoque la faute originelle d’Adam qui permit (malgré lui) la naissance d’un Sauveur : Deo gratias (merci à Dieu) clame alors le chœur dans un numéro étourdissant.
L’œuvre se termine en miroir, avec une « Recession » qui n’est autre que la reprise de la procession originale.

Olivier Opdebeeck

DISTRIBUTION

La Maîtrise de Caen
Olivier Opdebeeck
direction
Iris Torossian harpe

Ilan Anfray, Emmanuel Buon, Pierre Buon,  Lysandre Chemin, Edgar Combrun, Aloïs Daumas-Richardson, Isidore Demairé, Marc-Antoine Doublet, Valentin Dufour, Jérémy Dumont, Marin Durel, Théophile Edeline, Jean Ferronnière, Arthur Gazengel, Yann Geffoy-Moreau, Gaston Hamel-Rouyer, Gaspard Jean, Hadrien Joubert, Timothée Laignel, Paulin Leblanc-La Rosa, Augustin Lebourgeois-Pacary, Jean Le Maistre, Raphaël Loeweistein, Vadim Maincent, Armand Mesmin, Oscar Morin, Aristide Opdebeck, Constantin Pontikis, Louis Ramakers, Félix Renou, Noam Sauvage, Justyn Sritharan, Tiziano Tamion, Sorhenn Tanguy, Alexandre Warthmann et Priscilia Valdazo soprani et alti

Olivier Opdebeeck directeur
Priscilia Valdazo assistante
Mathilde de Coupigny préparation des chœurs
Julia Katz administratrice
Stéphane Gouabault régisseur
Louise Gardan, Camille Dayan assistantes à la logistique
Loïc Bourgeois, Rudy Monrosty captation sonore, mixage et montage son et vidéo
Grégory Forestier captation et étalonnage vidéo

PROGRAMME

Ceremony of Carols, opus 28
Benjamin Britten (1913-1976)

Procession
Wolcum, Yole !
There is no Rose
That Yongë Child / Balulalow
As Dew in Aprille
This Little Babe
Interlude (harpe solo)
In Freezing Winter Night
Spring Carol
Adam lay i-bounden
Recession

Le cycle des Auditions de La Maîtrise de Caen est une production du théâtre de Caen.
La Maîtrise de Caen est une initiative de la Ville de Caen. Elle est le fruit d'un partenariat entre l'Éducation nationale pour l'enseignement général, le Conservatoire à rayonnement régional de Caen – un équipement de Caen la mer – pour la formation musicale et le théâtre de Caen pour la production et la diffusion. Pour son cycle de concerts et d'auditions, elle est soutenue par la Région Normandie.