Aller au contenu principal

Le spectacle

Peut-on ne pas reconnaître l’amour lorsqu’il frappe à votre porte ? Et, par orgueil, passer ainsi à côté de sa vie ? La Marquise est une veuve inconsolable ; le Chevalier, un amant déçu inconsolé. Ces deux-là s’aiment mais ne le savent pas. Orgueil ou pudeur ? Entre malice et désillusion, Marivaux joue avec les réticences d’un amour qui préfère s’ignorer, ponctué d’aveux et de silences, où corps désirant et raison aveugle se jouent l’un de l’autre. Autant de chemins détournés que Marivaux, en fin connaisseur des mouvements du cœur, explore ici d’une langue moderne. Car c’est par la parole et le langage que ces deux-là se trouveront et retrouveront l’amour. Point de coquetterie, seulement le désir profond d’un amour authentique pour peu qu’il advienne une deuxième fois si la vie le permet.
Attaché au texte et aux auteurs contemporains, Alain Françon revient ici à Marivaux dont il avait déjà mis en scène La Double Inconstance. Pour abriter cette nouvelle intrigue amoureuse, il imagine un jardin aux couleurs douces, entre deux façades élégantes. Directeur du Théâtre de la Colline de 1996 à 2010, Alain Françon a reçu trois Molières. Il a depuis fondé sa propre compagnie, Le Théâtre des nuages de neige. 


Distribution

Alain Françon mise en scène
David Tuaillon dramaturgie, assistanat à la mise en scène
Jacques Gabel décor
Joël Hourbeigt lumières
Marie La Rocca costumes
Marie-Jeanne Séréro création musique
Caroline Marcadé chorégraphie 
Judith Scotto coiffures et maquillage
Léonard Françon, Pierre Bodeux création son

avec 
Thomas Blanchard, Rodophe Congé, Suzanne De Baecque, Pierre-François Garel, Alexandre Ruby, Georgia Scalliet


La presse en parle

« Pour tenir une ligne aussi subtile, sans jamais plomber la représentation, il faut des interprètes de haut vol. Ils sont remarquables, dirigés de main de maître, et ce dans un registre de jeu aussi détonant que séduisant. Alain Françon n’a jamais fait jouer ses acteurs de manière psychologique, mais il pousse ici plus loin encore que dans d’autres spectacles la recherche d’un jeu où la langue actionne le corps des comédiens, sans plaquer d’intentions ou de clichés.. » Le Monde (La Seconde Surprise de l’amour figure également dans la sélection des spectacles du Monde de la rentrée)
 

« Dans une belle mise en scène d’Alain Françon portée par l’interprétation fine de ses comédiens, la pièce de Marivaux jouée [...] brille de toute son intelligence et son ironie. » Libération
 

« Une création d'une grande profondeur qui fait éclater les hauteurs et profondeurs de l'être. [...] Dans la mise en scène d'Alain Françon, ces tours et détours amoureux résonnent d'une tout autre autre façon. [...] Les répliques se déploient comme on ne s'y attendait pas ; hâtives ou curieusement syncopées, joyeusement facétieuses ou abruptement débordantes. » La Terrasse 

 

« La Seconde Surprise de l'amour mis en scène par Alain Françon est une merveille d'intelligence, de (fausse) simplicité et de grâce. Point de mièvrerie ici, de maniérisme, de mignardise, de préciosité, de marivaudage abscons. Marquise et chevalier sont dépoudrés, sans affectation aucune, mis à nu. Ce que met en scène Alain Françon c'est le langage, la puissance absolue de la parole qui métamorphose les êtres. » Fauteuil d'orchestre


Création en septembre 2021 au Théâtre du Nord. Production : Théâtre des nuages de neige. Coproduction : Théâtre du Nord-Théâtre national Lille Tourcoing Région Hauts de France ; Théâtre Montansier-Versailles. Le décor est en partie construit dans les Ateliers du Théâtre du Nord. Le Théâtre des nuages de neige est soutenu par la Direction Générale de la Création Artistique du ministère de la Culture.