Aller au contenu principal

Alors que les représentations sont suspendues, le théâtre de Caen vous propose de retrouver La Maîtrise de Caen via une mini-série de quatre concerts enregistrés en l’église Notre-Dame de la Gloriette et au théâtre de Caen. Avec pour deux d’entre eux la participation de l’ensemble normand Les Meslanges. Ce cycle en ligne est aussi l’occasion de découvrir le très large répertoire de La Maîtrise de Caen (inscriptions jusqu'au 15 mars en cliquant ici) et d’entendre le chœur et les solistes de La Maîtrise de Caen, La Pré-Maîtrise (classes primaires) ainsi que les « muants » (collégiens qui ont mué et qui poursuivent leur cursus avec leur nouvelle voix).  Au programme : Josquin Desprez, Sweelinck et Britten.
Troisième rendez-vous avec Missa L'Homme armé de Josquin Desprez :

enregistrement réalisé le 23 janvier 2021, au théâtre de Caen
Cette vidéo sera disponible un mois durant à partir de sa diffusion.

L’essentiel de la musique de la Renaissance a été écrite pour des ensembles dont la voix la plus aiguë était chantée par des enfants. C’est donc en s’inscrivant dans cette tradition que La Maîtrise de Caen et l’ensemble les Meslanges interpréteront la Messe de l’homme armé sexti toni de Josquin Desprez. Au moment où l’architecte Roland Le Roux donnait à la Cathédrale de Rouen son aspect définitif, Josquin Desprez écrivait le plus parfait des contrepoints. Né dans le Hainaut à une date incertaine, il apprend son métier à la cathédrale de Cambrai avant de voyager en Italie. On le retrouve à Milan, à Rome et à Ferrare où il côtoie les plus grands personnages de son temps. C’est là aussi qu’il fait éditer certaines de ses compositions grâce aux progrès de l’imprimerie musicale naissante. Illibata Dei par exemple bénéficie d'une édition très soignée en 1508 chez l'éditeur vénitien Petrucci dans un recueil intitulé Motetti a 5 liber primus. Le succès est énorme, et sa réputation grandit dans toute l’Europe. Pourtant, il décide de revenir dans son pays natal en 1504 et s’installe à Condé sur l'Escaut, proche de l’actuelle frontière entre la France et la Belgique. Il y est chanoine et prévôt de la Collégiale où il finit son existence. Où est-il né ? Comment s’appelait-il vraiment ? Combien de temps a-t-il séjourné à Milan, Rome et Ferrare ? Pourquoi a-t-il terminé sa vie dans une collégiale si modeste, malgré son renom ? Toutes ces questions restent encore aujourd’hui sans réponse définitive. Pourtant, dès le début du XVIe siècle, sa musique est synonyme de perfection, symbole de l’art de la Renaissance, ce qui lui vaut le surnom de « Prince des Musiciens ». Martin Luther le surnomme « der noten meister » (le maître des notes). Et le futur réformateur, grand amateur de musique explique : « chez lui, les notes doivent exprimer ce qu’il veut leur faire dire ; les autres compositeurs font ce que les notes leur dictent de faire ». On y retrouve l’équilibre parfait entre une construction extrêmement sophistiquée et une expressivité toute neuve à l’époque. C’est un individu qui s’adresse à nous, et qui écrit une musique profondément humaniste. La Messe de l’homme armé Sexti Toni est l’une de celles que Josquin a écrites sur le célèbre thème qui traverse toute la Renaissance. Pour les distinguer, on surnomme celle-ci « sexti toni » (« du 6e ton ») car le compositeur a transposé la mélodie habituellement chantée en sol un ton plus bas, en fa, lui donnant un caractère très particulier. Josquin y déploie toute sa virtuosité de composition, multipliant les expositions du thème dans toutes les voix, déployant un contrepoint fastueux, complexe et sensible. L’œuvre se termine par un double canon où le thème est exposé à l’envers et à l’endroit simultanément.

Olivier Opdebeeck

DISTRIBUTION

La Maîtrise de Caen
Olivier Opdebeeck
direction

Ensemble Les Meslanges
Thomas van Essen
direction

Edgar Combrun, Aloïs Daumas-Richardson, Isidore Demairé, Gaston Hamel-Rouyer, Antoine Josse, Paulin Leblanc-La Rosa, Raphaël Loeweistein, Vadim Maincent, Oscar Morin, Constantin Pontikis, Noam Sauvage, Justyn Sritharan, Alexandre Warthmann cantus

Priscilia Valdazo, Esther Labourdette cantus
Vincent Lièvre-Picard altus
Jérémie Couleau tenor
Thomas Van Essen basse

Eva Godard cornet
Aurélie Serre, Arnaud Brétécher saqueboutes
Stéphane Tamby serpent

Olivier Opdebeeck directeur
Priscilia Valdazo assistante
Mathilde de Coupigny professeur de technique vocale et préparation des chœurs
Julia Katz administratrice
Stéphane Gouabault régisseur
Angèle Grimaux-Leduc assistante logistique
Loïc Bourgeois, Rudy Monrosty captation sonore, mixage et montage son et vidéo
Grégory Forestier captation et étalonnage vidéo

Le cycle des Auditions de La Maîtrise de Caen est une production du théâtre de Caen.
La Maîtrise de Caen est une initiative de la Ville de Caen. Elle est le fruit d'un partenariat entre l'Éducation nationale pour l'enseignement général, le Conservatoire à rayonnement régional de Caen – un équipement de Caen la mer – pour la formation musicale et le théâtre de Caen pour la production et la diffusion. Pour son cycle de concerts et d'auditions, elle est soutenue par la Région Normandie.

L'ensemble Les Meslanges est soutenu par le Ministère de la Culture - DRAC de Normandie au titre de l'Aide au Projet, par la Région Normandie et par la Ville de Rouen. Il est membre de la FEVIS - Fédération des Ensembles Vocaux et Instruments Spécialisés - du syndicat PROFEDIM et des Groupements d'Employeurs Solstice et Oscar. L’ensemble Les Meslanges reçoit régulièrement le soutien de l’ADAMI et du FCM pour ses activités discographiques.